Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Exposition « Indigne Toit » & Avant-Première du film « Après l’effondrement »

Détails

Date :
7 décembre
Heure :
18 h 00 min
Catégories d’Évènement:
,

Lieu

Daki Ling
45A rue d'Aubagne,
Marseille, 13001
Solidarité Noailles

 

 

 

 

18h00 – Ouverture

Vernissage de l’exposition « Indigne Toit » en présence du photographe Anthony MICALLEF 

Il y a un an, deux immeubles ont enseveli huit vies. En quelques secondes, la poussière et la peur ont envahi les rues de Noailles, jeté les Marseillais dans une colère blanche, pétrifié les élus. Du jour au lendemain, les évacuations ont commencé : parce qu’ils étaient considérés comme dangereux pour la vie de leurs habitants, des dizaines d’immeubles ont été vidés. Depuis, ces mesures de « péril imminent » ne se sont plus arrêtées : au total plus de 3000 personnes ont été sorties de leurs foyers et envoyées dans des chambres d’hôtels, où une année plus tard des centaines y vivent encore.

Locataires comme propriétaires, tout le monde est touché, le centre-ville est couvert des chaînes et des cadenas condamnant les immeubles. Et malgré le nombre de victimes, chaque semaine le scénario est le même : évacuées en urgence, les familles ont vingt minutes pour rassembler l’essentiel, puis sont envoyées dans une chambre d’hôtel de 10m². Là commence pour elles un long combat administratif.

Pour les habitants, cette crise ne doit rien à un accident. Elle est le résultat d’une longue incurie des services municipaux et de l’appétit des promoteurs immobiliers qui souhaitent reconstruire le centre-ville, pour en renouveller les loyers et la population. La rue d’Aubagne est ainsi devenue le symbôle d’une cité blessée, mais surtout abandonnée, et désormais vendue par ses édiles. Ce projet raconte les conséquences de cette gentrification menée au rouleau compresseur, mais aussi les solidarités qu’elle a fait naître chez les habitants de ces quartiers.

« Avant nous vivions côte à côte, désormais on vit ensemble » souffle Marie. Paradoxalement, perdre leur toit a rassemblé beaucoup de gens. Cette douleur d’anonymes a accouché de militants. Et lorsque je demande à Mohamed, qui dédie ses journées à aider les habitants délogés, pourquoi il en fait autant, il répond immédiatement « Car cela me répare. » Comme toute faille, celle d’Aubagne laisse désormais passer la lumière.

En savoir plus

« Tous mes remerciements vont au Collectif du 5 novembre,  au studio Aza, à Christian Sauvan-Magnet (Le Pictorium) pour avoir rendue possible cette exposition et à la Brasserie Communale, puis au Daki Ling, pour l’accueilir. Un immense merci à PhanieBo.com pour ses talents de webmaster. » Anthony Micallef


20h00 – Avant-première publique en présence du réalisateur Alain BARLATIER, suivie d’un débat

« Après l’effondrement… récit d’un soulèvement citoyen »

Le 5 novembre 2018, huit habitant.es du 65, rue d’Aubagne étaient enseveli.es sous les gravats de leur immeuble effondré. Ces huit personnes ont été les victimes de l’incurie d’une politique municipale, d’une politique de classe qui ignore les plus démuni.es.

Comme des dizaines de milliers de Marseillais j’ai été profondément indigné par ce drame qui a eu aussi pour conséquence le délogement de près de 4000 personnes en temps de paix dans la seconde ville de France.

J’ai pris ma caméra pendant une année pour recueillir la parole, pour contribuer à une mémoire vivante, pour écrire une partie de l’histoire de ce mouvement social qui s’est dressé depuis et qui dure toujours.

Cette projection couplée avec l’exposition « Indigne Toit » d’Anthony Micallef sera suivie d’un débat en présence du réalisateur, d’Anthony Micallef, d’André Jollivet (ancien président de l’Ordre des Architectes) et de nombreux.ses autres invité.es.

Alain Barlatier


00h00 – FERMETURE


ENTREE LIBRE


Samedi 7 décembre • 18h00 • Daki Ling